Ce weekend seulement : une huile de massage à la CIRE D'ABEILLE BIO offerte dès 179€ !

Le blog
apiculteur

Matériel apicole

Vendre ses ruches

Vendre ses ruches

Vous pensez vendre vos ruches ? Sachez que c’est une opération délicate et pour que vous en sortiez gagnant, il vaut mieux la préparer minutieusement. Une bonne offre, un bon argumentaire, les bonnes astuces se trouvent ici.

Pourquoi souhaitez-vous céder vos ruches ?

C’est la question que vous posera inévitablement toute personne intéressée par vos ruches et il faudra vous y attendre. En anticipant aux interrogations de l’acheteur, vous aurez des chances de faire une bonne vente.

Qu’importe la raison de la mise en vente, il est fortement recommandé de jouer la carte de l’honnêteté. Vous souhaitez peut-être vous débarrasser d’anciennes ruches pour en acheter de nouvelles ou tout simplement de mettre la clé sous la porte, il est préférable d’en informer les nouveaux acquéreurs.

Il est important que ces derniers soient en connaissance de cause. IL n’est pas facile d’acheter une ruche d’occasion, aussi facilitez-leur la tâche en étant transparent sur la raison de votre vente. Et même s’il s’agit d’une vente suite à une maladie de la colonie, il vaut mieux dire les choses comme elles sont car malgré une décontamination, il y a toujours un risque de récidive de certaines pathologies et le prochain acquéreur comprendra. L’acheteur pourrait également vous demander un certificat sanitaire délivré par les Services vétérinaires.

Des prix corrects

Pour réussir une bonne vente de ruches, il est conseillé de bien en évaluer soigneusement le prix.
La fourchette de prix peut varier effectivement en fonction du modèle (le prix d’une ruche dadant ou d’une ruche langstroth n’est pas le même), du nombre de cadres, de l’état général de la ruche (a t-elle été bien entretenue ?), du rendement des abeilles, etc…

Pour la mise en vente de ruches peuplées, le prix peut également varier en fonction des saisons, de l’espèce d’abeilles qui y vit, de leur production moyenne, etc… A titre d’exemple, une ruche peuplée peut être vendue plus cher en hiver, car la reine sera sur le point de pondre et donc d’élargir la colonie. Pour ne pas surévaluer ou sous-évaluer les produits à vendre, il est conseillé de se renseigner minutieusement sur les prix du marché en consultant les différentes annonces sur internet ou dans les journaux ou même en demandant l’avis d’un autre apiculteur plus à jour. Une fois l’offre prête, il vous suffira de la mettre en ligne dans les rubriques destinées à cet effet que ce soit sur le net ou dans les médias papiers. Parfois, le bouche-à-oreille fait aussi ses preuves.

Une assistance de proximité

En évaluant l’état général de vos ruches pour déterminer les prix, vous avez sans doute déjà remarqué tous les travaux qui attendent les nouveaux acquéreurs pour une remise en état. Comme vous connaissez l’historique de vos ruches, vos conseils leur seront d’une grande aide et pourraient limiter leurs dépenses. Il en est de même si vous venez une ruche peuplée. Donnez à l’acheteur le plus d’informations possible sur l’essaim, sa provenance, son comportement, ses préférences, etc…

En vendant vos ruches, partagez vos expériences avec le nouvel acquéreur surtout s’il s’agit d’un nouveau venu dans le monde de l’apiculture. Vous faciliterez ainsi ses premiers pas et l’encouragerez ainsi dans un domaine où les enjeux écologiques sont nombreux. Gardez en tête qu’un acheteur satisfait sera votre meilleure publicité et vous recommandera auprès de ses connaissances.

Articles associés