Un cadeau se glisse dans votre commande dès 119€ !

Le blog
apiculteur

La vie de la ruche

L’abeille jaune italienne (Apis Mellifera Ligustica)

L’abeille jaune italienne (Apis Mellifera Ligustica)

L’abeille italienne, dite aussi abeille jaune (Apis Mellifera Ligustica), est l’une des quatre races d’abeilles de l’Europe Centrale (la caucasienne, la noire et la carniolienne). Elle doit son nom à son pays d’origine (l’Italie) et à sa couleur.
Il existe trois variétés d’abeilles italiennes, distinguées par la particularité de leur couleur : teinte cuir, jaune éclatant et citron pâle.

Description de l’abeille jaune

Couleur :

La couleur prédominante chez l’abeille italienne est le jaune /orangé clair, avec du noir. Jeune, sa couleur est plus vive, mais elle devient foncée quand elle vieillit.

Taille :

Son arrière-train est souvent plus large

Abdomen :

– Le haut de l’abdomen : les segments sont striés de jaune.
– Le bord inférieur : couleur noire.
– L’anneau terminal : plus pointu que chez d’autres abeilles

Langue :

environ 6.50 mm

Les qualités de l’abeille italienne

Comparée aux autres abeilles, l’Apis mellifera ligustica est dotée de plusieurs qualités qui lui valent une place incontestable dans le monde apicole.

Une abeille douce :

L’abeille jaune n’est pas agressive, sauf en cas de danger, ou quand elle est coupée avec des mâles noirs. Cette douceur de caractère fait qu’elle est facile à travailler. Certains apiculteurs n’hésitent pas à la travailler sans protection.

Une abeille productive et populeuse :

L’abeille jaune est élevée essentiellement pour sa production de miel. Prolifique, elle pond ses œufs plus rapidement et emmagasine beaucoup de miel.
Rien ne l’arrête dans sa production du couvain, pas même le souci d’équilibre en matière de réserves de provisions. Ce qui en fait l’abeille idéale pour la fabrication des paquets d’abeilles et de gelée royale.
Dotée d’un odorat assez développé et d’une langue de 6.50 mm, sa production de propolis est très élevée.

Une abeille qui s’adapte bien :

D’origine italienne, l’abeille jaune n’a pas de problème à s’installer sous d’autres contrées, comme la France, l’Amérique, le Chili, la Nouvelle Zélande, …

Une abeille qui résiste au varroa :

Contrairement l’abeille noire, l’italienne résiste mieux au varroa, cet acarien parasite qui nuit à la qualité de la gelée royale et par conséquent au couvain.

Ses défauts

Malheureusement, l’abeille jaune a aussi ses défauts.

Trop essaimeuse :

A la fin de la grande miellée, l’italienne devient trop populeuse. Elle peut produire plus de couvain que ne peuvent supporter ses réserves. Face à cet élevage excessif, la colonie risque de mourir de faim.

Plus fragile :

Peu robuste, l’abeille jaune a du mal à passer l’hiver, notamment dans les régions où il fait très froid. Une fragilité qui la pousse à la dérive, et qui expose la colonie à la dépopulation. L’abeille italienne préfère un climat doux.

Plus gourmande :

Elle se nourrit copieusement pour mieux passer le cap de l’hiver. D’où la nécessité de lui procurer plus de nourriture, sinon elle est capable de manger rapidement le miel qu’elle a produit.

Une abeille pillarde :

Tous les défauts cités ci-dessus font que l’abeille italienne n’hésite pas à piller ses voisins, pour répondre à ses besoins nutritionnels, notamment en hiver.

Articles associés