En ce moment, choisissez votre cadeau dans votre panier dès 79€ !

Le blog
apiculteur

La vie de la ruche Tous les articles

Tout savoir sur l’essaimage

Tout savoir sur l’essaimage

Pendant le printemps, l’apiculteur s’active autour de son rucher, pour prendre soin de ses abeilles et s’assurer d’une bonne récolte de miel.

Au mois de mai, par exemple, il y a une activité qui devrait intéresser tout apiculteur, amateur ou professionnel, celle de l’essaimage.

De quoi s’agit-il au juste ?

Qu'est ce que l'essaimage ?

On parle d’essaimage quand un groupe d’insectes, en l’occurrence des abeilles, dit essaim, décide d’abandonner sa colonie, pour aller en fonder une nouvelle, ailleurs.

Cette décision de quitter la colonie peut s’expliquer par diverses raisons : ruche surpeuplée, manque de ressources alimentaires, environnement pauvre en plantes mellifères, etc.

Un phénomène printanier

L’essaimage se produit régulièrement au printemps. Il commence à partir du mois d’avril, mais c’est au mois de mai que l’essaim décide enfin de partir et de s’installer dans de nouvelles ruches. Ce départ se déclenche avant l’avènement de la miellée, et lorsque le couvain s’est bien développé.

 Le nouveau foyer qui sera créé peut être naturel (dans la végétation) ou artificiel (construit par les hommes). Une fois installées, les abeilles s’attèlent à protéger leur reine, alors que d’autres partent en reconnaissance, pour prospecter leur environnement.

Mais, pourquoi le mois de mai en particulier ? En fait, ce qui décide de la date de l’essaimage, ce ne sont pas les caprices des abeilles, mais ceux de la météo. En effet, ces insectes attendent le mois de mai pour s’assurer du beau temps. Les abeilles ne prennent pas le risque d’errer à l’aveuglette, à la recherche d’une nouvelle ruche, par mauvais temps.

Avant de quitter la ruche et pendant trois jours de suite, les abeilles prennent le temps de bien s’alimenter. En revanche, la reine cesse de se nourrir, pour perdre du poids et pouvoir ainsi voler avec son essaim.

Les abeilles qui désobéissent à ces règles et décident d’un départ prématuré risquent la pluie, le froid et même la famine. Pendant deux ou trois jours, à défaut de refuge pour l’abriter et par des conditions météorologiques pareilles, l’essaim aura du mal à survivre.

Comment faire un essaim artificiel ?

En général, les apiculteurs n’apprécient pas trop l’essaimage, parce que le départ d’un essaim affecte inéluctablement leur récolte de miel. Toutefois, ce phénomène n’est pas réellement un problème pour un rucher, dans la mesure où il permet de régénérer naturellement les colonies d’abeilles et de les multiplier.

C’est pourquoi un apiculteur averti devrait anticiper ce phénomène, et participer à le créer, de manière artificielle. Il pourra ainsi peupler une nouvelle ruche, agrandir son rucher et s’assurer une meilleure récolte de miel.

Pour capturer un essaim, l’apiculteur peut attraper la reine et la placer dans une petite ruche. Généralement, les autres abeilles se mettront à la suivre, bon gré mal gré, surtout si elles ont passé trois jours à vagabonder dehors. Une fois la ruchette peuplée, l’apiculteur n’aura plus qu’à la placer au milieu de son rucher.

D’un point de vue scientifique, cet essaim artificiel peut être une solution pour lutter contre la baisse du nombre d’abeilles, une race menacée de disparition depuis plusieurs années. L’essaimage devient alors l’occasion pour créer une nouvelle reine et une nouvelle colonie d’abeilles.

Articles associés