En ce moment, une surprise dans votre panier à partir de 149€ !

Le blog
apiculteur

Autour du rucher Tous les articles

Tout savoir sur la cellule royale

Tout savoir sur la cellule royale

Il est inutile de rappeler l’importance des abeilles pour la biodiversité et la préservation de nos écosystèmes. Cependant, on connaît peut-être moins le rôle et le fonctionnement des diverses parties d’une ruche. Toutes ont leur importance. C’est pourquoi dans cet article nous allons nous pencher sur un aspect spécifique de la ruche afin de tout savoir sur la cellule royale.

Qu’est-ce qu’une cellule royale ? 

Tout d’abord, commençons par rappeler quoi il s’agit. La cellule royale est un élément central de la ruche. En effet, la présence de cellules royales dans une colonie est un signe annonciateur. En règle générale, cela annonce l’arrivée d’une nouvelle reine. C’est en effet dans les cellules royales que se développent les reines.  Afin de se développer entièrement, la reine passera environ 15,5 jours dans une cellule royale. 

Les différents types de cellules royales

Les professionnels de l’apiculture distinguent 3 types de cellules royales : la cellule royale d’essaimage, la cellule royale de supersédure et la cellule royale de sauvetée. 

La cellule royale d’essaimage : elles sont plus susceptibles d’être trouvées au printemps, mais on peut également les trouver lors d’autres mois chauds. Leur nombre peut varier de quelques-unes à 15 ou 25 selon la race d’abeilles et la taille de la colonie.  Comme leur nom l’indique, ces cellules « préviennent » que la colonie s’apprête à essaimer ou est en cours d’essaimage. 

La cellule royale de supersédure : ces cellules sont produites par les ouvrières lorsqu’arrive le moment de remplacer la reine de la colonie. On en trouve en moyenne 3 ou 4 par ruche.

La cellule royale de sauvetée : elles sont moins nombreuses que les cellules d’essaimage, 2 ou 3 par ruche. Lorsqu’elles sont présentes dans une ruche, cela signifie qu’il n’y a plus de reine, cela peut être dû à une mauvaise manipulation ou au fait que la reine ne sécrète plus suffisamment de phéromones pour assurer la cohésion de la colonie. 

Il existe aussi des cellules dites « amusettes », mais elles ne sont pas à proprement parler des cellules royales. Ce sont des ébauches de cellules royales que l’on peut trouver à toutes les saisons. 

Comment reconnaître les cellules royales ? 

Les cellules royales sont facilement reconnaissables dans la ruche. En effet, elles sont plus grandes que les autres. Ce qui s’explique par le fait qu’elles abritent la reine, qui elle-même est plus grande que les ouvrières. 

Quel que soit le type de cellule royale, elles ont toutes la forme d’une cacahuète. Seule leur position sur le cadre permet de donner une indication sur le type de cellules : les cellules d’essaimage se trouvent généralement en bordure de couvain, entre la construction et le cadre. Les cellules de supersédure sont généralement situées sur la face des cadres, au centre et non pas sur les côtés. Enfin, les cellules de sauvetée se situent en règle générale au milieu du couvain. 

Comme nous venons de le voir, les cellules royales jouent un rôle crucial au sein de la colonie.  Il est donc important de bien étudier le comportement de votre colonie, et de déterminer le type de cellules royales présentes dans la ruche, avant d’entamer une quelconque intervention (aide à l’essaimage par exemple). 

Articles associés