Un cadeau se glisse dans votre commande dès 119€ !

Le blog
apiculteur

L'actu des apiculteurs Tous les articles

Les abeilles vont-elles nous aider à remplacer le plastique ?

Les abeilles vont-elles nous aider à remplacer le plastique ?

 De tout temps, nous nous sommes intéressés à l'abeille pour la pollinisation de nos plantes et de nos arbres et donc pour sauvegarder notre chaine alimentaire.

Aujourd'hui, on fait appel à nos amies les abeilles pour sauver notre écosystème dévasté par les déchets en plastique, polluants et non dégradables. Un fléau qui ne fait qu'empirer en dépit de toutes les campagnes et de toutes les actions menées par les partisans écologistes.
Quelques chiffres concernant la mer méditerranée, selon l'Ifremer : en 2010, cette mer a englouti 500 tonnes de plastique, l'équivalent de 250 milliards de déchets !
Alors, comment l'abeille pourrait-elle devenir une sentinelle écologique de bon augure pour notre planète ?

1. L'idée est de...

Trouver un matériau similaire au plastique industriel et qui soit biodégradable. Il servira notamment à la fabrication des produits en plastique d'extérieur (coupe-vent, toiles de tente), sans recourir aux matières toxiques pour garantir son imperméabilité.

2. Qui s'en occupe ?

  • Humble Bee (Nouvelle-Zélande). Start-up spécialisée en biotechnologie, travaillant sur l'abeille masquée.
  • Franklin W. Olin College of Engineering (États-Unis). Les chercheurs travaillent sur les abeilles collètes.

Les travaux de recherches menés par ces deux laboratoires partent du même constat : la particularité d'une substance produite par une abeille femelle pour protéger le nid où elle dépose ses œufs.

L'objectif est de copier les propriétés chimiques de cette substance pour créer un 'plastique' naturel, biodégradable (biomimétisme) qui ne nuit pas à la faune marine. Ensuite, pour garantir la biodégradabilité du bio-plastique, les chercheurs doivent trouver les bactéries capables de décomposer ce matériau, pour pouvoir le produire à grande échelle et le décomposer quand on n'en a plus besoin, en évitant d'accumuler les déchets.

3. L'abeille masquée et le bio-plastique

En observant l'abeille masquée et en analysant la substance qu'elle sécrète pour protéger ses œufs dans le nid, les scientifiques essaient de créer un bio-matériau qui serait en fait une version synthétique de la substance en question.

3.1. L'abeille masquée

Les scientifiques s'intéressent à l'abeille masquée, de la famille des Colletidae. Une abeille sauvage, solitaire et peu connue. Elle est de très petite taille, a la langue courte, ne produit pas de miel, ne pique pas et construit son nid au sol, dans des trous (murs ou troncs d'arbres).

3.2. Son secret

Pour protéger ses œufs des prédateurs (parasites, bactéries, champignons) et des troubles du climat, l'abeille masquée sécrète sous son abdomen une substance, semblable à la cellophane, avec laquelle elle forme une coque de protection autour du nid. Ainsi protégés, les œufs et les larves se développent en toute sécurité.

4. Quel est ce matériau ?

La substance sécrétée par l'abeille masquée ressemble à la fibre de verre. C'est une synthèse entre des fibres de soie et des molécules de plastique.
Les propriétés du bio-matériau de l'abeille masquée :

  • très résistant
  • immuable (ne change pas avec le temps)
  • imperméable
  • non-toxique
  • résistant à l'eau, à la chaleur et au feu
  • potentiellement biodégradable

 

Articles associés